100 ANS D’INSULINE (1921-2021)

La découverte de l’insuline dont nous célébrons le centenaire cette année a été la plus importante découverte dans le domaine du diabète et une des plus importantes dans la médecine en général au même titre que p.ex. l’anesthésie, les antibiotiques, la vaccination, ...

Lire plus page 5, Journal ALD 3/2021

Les insulines du futur

100 ans après la découverte de l’insuline, les personnes diabétiques, surtout celles avec un diabète de type 1, restent confrontées à de nombreuses imperfections liées à un traitement à l’insuline. Malgré les progrès accomplis depuis le temps des insulines animale, avec un choix toujours croissant en insulines, tant pour les insulines basales que pour les insulines rapides, se traiter avec de l’insuline reste synonyme de contraintes quotidiennes (autocontrôles réguliers, injections multiples…), sans oublier les risques d‘hypoglycémies plus ou moins sévères et de complications chroniques aux yeux, reins et nerfs.

Lire plus page 14, Journal ALD 3/2021

Régime alimentaire du diabète avant la découverte de l'insuline

Bien que les symptômes du diabète soient connus depuis l'Antiquité, le diabète de type 1 (qui ne s'appelait pas ainsi à l'époque) était encore une maladie mortelle il y a cent ans, car il n'existait pratiquement aucune possibilité de traitement. Les régimes alimentaires stricts permettaient aux malades de survivre pendant un an ou deux avant de sombrer dans un coma diabétique et de mourir. Nous avons rassemblé les régimes les plus étranges pour traiter le diabète dans l'histoire de la médecine, y compris le Luxembourg.

 Lire plus page 21, Journal ALD 3/2021

Diabète et Covid-19 : le point sur les risques

Beaucoup de rumeurs et d’informations parfois effrayantes circulent sur les risques que la covid-19 ferait courir aux personnes vivant avec le diabète. Un an après l’apparition de l’épidémie au Luxembourg, nous essayons de faire le point.

Lire plus page 5, Journal ALD 2/2021

Diabète et problèmes de peau

Notre peau est en constante évolution. Vers l‘âge de 25 ans, les premiers signes de vieillissement apparaissent à la surface de la peau et celle-ci perd de son élasticité.

70 à 80 % des personnes atteintes de diabète ont tendance à présenter plus vite des changements cutanés. On sait maintenant que 50 affections cutanées sont associées au diabète, notamment diverses infections fongiques/mycosiques, des zones de peau sèche, des démangeaisons extrêmes et des taches cutanées brunâtres.

Dans cet article, nous allons examiner de plus près la peau et vous donner des conseils pour éviter les problèmes de peau.

Lire plus page 12, Journal ALD 2/2021

Santé et véganisme

Le véganisme est en vogue comme jamais auparavant. Que l‘on ait en tête le bien-être des animaux ou que l‘on veuille contribuer à diminuer la crise climatique, certains aspects nutritionnels doivent être pris en compte. Pour les personnes diabétiques, il y a peu d‘aspects spécifiques, mais les recommandations générales s‘appliquent également à elles.

Lire plus page 23, Journal ALD 2/2021

L’évolution des traitements - nouvelles perspectives pour les patients atteints de diabète de type 1

Ces dernières années, les évolutions dans le traitement du diabète ont été nombreuses. Comment sont-elles vécues par les médecins diabétologues ? Nous avons jeté un regard expert sur l’évolution des traitements mais aussi sur les recherches qui, dans un futur proche, offriront de nouvelles perspectives aux patients.

Lire plus page 4, Journal ALD 1/2021

Les nouvelles technologies permettent-elles d‘améliorer automatiquement la gestion du diabète ?

Aujourd‘hui, bien que de plus en plus de personnes diabétiques utilisent les nouvelles technologies qui permettent théoriquement un meilleur contrôle de la glycémie, on constate dans les grandes études que les taux d‘HbA1c ont cependant peu changé. Les nouvelles technologies dans le diabète permettent un contrôle quasi automatique du glucose, mais cela ne semble pas fonctionner automatiquement. C‘est ce qu‘on appelle le paradoxe technologique.

Lire plus page 9, Journal ALD 1/2021

Hypoglycémie sévère avec perte de connaissance : nouvelles options de traitement

On entend souvent des proches de personnes diabétiques traitées à l‘insuline dire qu‘elles ont peur de faire « la piqûre contre l’hypoglycémie“. À l‘école, ce sujet préoccupe également les enseignants et apporte beaucoup d‘incertitude rien qu’à la pensée même de cette injection qui peut pourtant sauver la vie. Mais il y a une nouveauté qui rend le traitement plus facile pour les aidants.

Lire plus page 17, Journal ALD 1/2021

Jeûner est-il bon pour la santé ?

Parmi les tendances alimentaires actuelles, la pratique du jeûne intermittent se fait souvent dans un souci de bien-être et de santé. Cette pratique est censée aider à perdre du poids de manière saine et à maintenir son poids en équilibre. Découvrez ici quelles sont les cures de jeûne possibles et ce que vous devez garder à l‘esprit.

Lire plus page 24, Journal ALD 1/2021

L’infirmièr(e) en diabétologie – son rôle et ses compétences

Le thème de la Journée mondiale du diabète 2020 étant « Le personnel infirmier et le diabète », nous avons voulu nous pencher sur le rôle déterminant de l’infirmier(ère) spécialisé(e) en éducation du patient, pour mieux accompagner les personnes atteintes de diabète et améliorer ainsi leur qualité de vie.

Lire plus page 6, Journal ALD 4/2020

Découverte d’un diabète chez l’adulte : pas nécessairement un diabète de type 2

La grande partie des cas de diabète de type 1 (forme auto-immune du diabète) démarre dans l’enfance ou du moins avant l’âge de 20 ans. Chez l’adulte, c’est surtout le diabète de type 2 qui est présent, dû à une certaine prédisposition héréditaire associée à une alimentation trop riche pour le peu d’activité physique imposée par la vie moderne. Mais il y a des exceptions : un adulte peut, même si c’est assez rare, contracter un véritable diabète auto-immun.

Lire plus page 18, Journal ALD 4/2020

Les aliments fermentés, de nouveau au goût du jour

Les aliments fermentés sont produits et consommés depuis des siècles dans le monde.

Récemment, ils sont redevenus à la mode. Que sont exactement les aliments fermentés ?

Pourquoi connaissent-ils un regain de popularité ?

Lire plus page 24, Journal ALD 4/2020

Télémédecine et téléconsultation

Selon France Assos Santé (Union nationale des associations agréées d’usagers du système de santé), la télémédecine regroupe l’ensemble des pratiques médicales (téléconsultation, téléexpertise, télésurveillance médicale…) qui permettent aux patients d’être pris en charge à distance grâce aux NTIC Santé (Nouvelles Technologies de l’Information et de la Communication).

Lire plus page 5, Journal ALD 3/2020

Ne ratez pas votre petit-déjeuner, surtout si vous êtes diabétique

Une étude clinique récente, entre le Centre médical Wolfson de l’Université de Tel Aviv et l’Université Hébraïque de Jérusalem, avec l’aide de l’Université de Lund en Suède et de l’Institut Weizmann, montre que la composition du petit déjeuner a une infl uence sur la réponse métabolique après le déjeuner et le dîner chez des personnes saines ou atteintes de diabète. Cela va même plus loin que cela, puisque qu’un petit déjeuner copieux va entraîner la régulation de nombreux gènes qui vont avoir un impact sur la façon dont notre corps réagira après un repas tout au long de la journée.

Lire plus page 12, Journal ALD 3/2020

Un café svp !

Le café n‘a jamais été aussi populaire, quelque 3 milliards de tasses en sont consommées chaque jour dans le monde, ce qui fait du café la deuxième boisson consommée après l’eau. Le Luxembourg se classe à la 9ème position mondiale pour sa consommation de café par habitant et par an. Mais qu‘en est-il vraiment des effets du café sur la santé ? Combien de café pouvons-nous consommer sans risque ?

Lire plus page 17, Journal ALD 3/2020

Comment interpréter mes analyses sanguines ? (2ieme partie)

Comme nous l’avons déjà évoqué dans notre édition précédente (1/2020, 1ère partie) les analyses sanguines permettent de mesurer la concentration sanguine de divers paramètres et d’obtenir ainsi des données de santé importantes. Celles-ci permettront au médecin de détecter précocement certaines pathologies, de le mettre sur une piste d’investigation, d’établir un diagnostic et de suivre l’évolution de certains problèmes de santé. Dans cette deuxième partie, nous allons nous pencher sur le bilan inflammatoire, hépatique, rénal et thyroïdien.

Lire plus page 4, Journal ALD 2/2020

A l’époque du Corona : glycémies en pagaille en cas d‘infection - que puis-je faire ?

„Pourquoi ma glycémie est-elle élevée, je n‘ai rien changé?“, - 2 jours plus tard, vous avez la réponse - „Atchoum“, vous avez pris froid !

Chaque personne attrape un rhume en moyenne une à trois fois par an, car la saison froide est la saison de pointe pour les bactéries, les champignons et les virus, tout le monde les a, éternue et tousse. Il est presque impossible de leur échapper.

Lire plus page 9, Journal ALD 2/2020

Alimentation et gastroparésie

La gastroparésie (ou estomac « paresseux ») est une affection au niveau de l’estomac pouvant survenir chez certaines personnes diabétiques de longue durée ! Elle peut être asymptomatique ou au contraire accompagnée de sensations d’inconfort. Les personnes parlent alors de lourdeur au niveau de l’estomac. Elle peut se traduire par des glycémies instables et ce, malgré un traitement intensifié.

Une fois le diagnostic posé et d’éventuelles mesures médicales mises en place, quelques conseils hygiéno-diététiques contribuent à une meilleure maîtrise des perturbations digestives et glycémiques.

Lire plus page 17, Journal ALD 2/2020

Comment interpréter mes analyses sanguines ? - Sont-elles normales ? (1ère partie)

Le sang est une véritable mine d‘informations sur l‘état de santé. Les analyses de sang permettent tout à la fois de surveiller une maladie chronique, comme le diabète, mais également de vérifier que tout va bien, p.ex. avant une opération, ou de rechercher le dysfonctionnement d‘un organe.

Voici donc quelques repères pour déchiffrer les grandes lignes d‘une analyse de sang et mieux comprendre les résultats pour permettre de poser les bonnes questions au médecin. Dans une première partie, nous allons nous concentrer sur la formule sanguine et le bilan glycémique et lipidique, dans la prochaine édition nous nous pencherons sur le bilan inflammatoire, hépatique, rénal et thyroïdien.

Lire plus page 5, Journal ALD 1/2020

Souriez, s‘il-vous-plaît.

Combien de fois avez-vous entendu cette phrase dès qu‘il s’agit de prendre une photo souvenir. Mais lorsqu‘il y a une inflammation douloureuse dans la bouche, il est difficile de sourire.

Certains facteurs de risque favorisent les infections de la gencive, notamment une mauvaise hygiène buccale, un système immunitaire affaibli, le tabagisme ou certaines maladies métaboliques telles que le diabète.

Lire plus page 12, Journal ALD 1/2020

Nutri-Score: que faut-il en penser?

De plus en plus de personnes se soucient de leur santé et désirent faire des choix sains en

faisant leurs courses et reconnaître facilement quels aliments sont des bombes caloriques et

des pièges à sucre. Un nouveau système d’étiquetage, le Nutri-Score, est conçu pour aider

les consommateurs à voir en un clin d‘oeil si la valeur nutritionnelle d‘un aliment est bonne ou mauvaise. Comme le Luxembourg envisage également d‘introduire le Nutri-Score, nous avons examiné de plus près ce label et ce qu‘il peut apporter aux personnes diabétiques.

Lire plus page 19, Journal ALD 1/2020

 

Blues de l’hiver ?

Chronobiologie et luminothérapie, y a-t-il un lien avec le diabète ?

Avec l’automne et l’arrivée de l’hiver, les jours raccourcissent et ceci d’autant plus que vous habitez au nord de l’hémisphère. Une relation entre certains troubles saisonniers et le cycle de la lumière a pu être démontré depuis plus d’une vingtaine d’années, notamment pour ce qu’on appelle la dépression saisonnière SAD (= Seasonal Affective Disorder ; « sad » en anglais voulant également dire «triste»). Cette dépression peut aller de l‘humeur maussade à la dépression sévère, du simple état de fatigue physique à la maladie sévère.

Lire plus page 7, Journal ALD 4/2019

Les aliments ultra-transformés

Les aliments ultra-transformés (AUT) ont pris une place grandissante dans nos régimes modernes. Ils représenteraient même jusqu’à la moitié de l’apport calorique quotidien. Mais qu’entend-t-on par aliments ultra-transformés ? Pourquoi sont-ils pointés du doigt ? Quels effets ont-ils sur notre santé ? Comment les repérer et surtout comment les éviter ?

Lire plus page 15, Journal ALD 4/2019

Projets ALD au Mali

Prise en charge des enfants et jeunes adultes atteints de diabète de type 1 au Mali

Depuis plusieurs années, l’Association Luxembourgeoise du Diabète (ALD) soutien le programme Life For A Child (LFAC) qui est mis en œuvre au Mali par l’Organisation Non Gouvernementale (ONG) française Santé Diabète (SD) en étroite collaboration avec le Ministère de la Santé et l’équipe d’endocrinologie de l’hôpital du Mali. Santé Diabète a été fondée en 2001, elle est la première ONG internationale à centrer son intervention sur la lutte contre le diabète en Afrique.

Lire plus page 31, Journal ALD 4/2019

Thérapie par pompe, oui, non, ou.... juste peut-être !

Seule une petite partie des personnes atteintes de diabète peuvent bénéficier d'une thérapie par pompe à insuline. Il s'agit principalement de personnes atteintes de diabète de type 1 qui présentent un déficit en insuline dû à la destruction des cellules productrices d'insuline du pancréas.

Lire plus page 7, Journal ALD 3/2019

Il n’est jamais trop tard pour bien faire !

Commencer le sport à l'âge mûr est associé à une vie plus longue, selon une étude récente sur plus de 300 000 personnes. Il est bien connu et prouvé  que faire des exercices physiques régulièrement au cours de sa vie constitue un excellent moyen de vivre plus longtemps et en meilleure qualité de vie, mais une étude américaine récente suggère que les personnes qui commencent à faire des activités sportives à un âge moyen, peuvent bénéficier également des mêmes avantages en termes de réduction de risques de maladies cardiovasculaires et de cancers. 

Lire plus page 16, Journal ALD 3/2019

Petite faim : quelle collation choisir ?

Une collation n’est pas un repas et encore moins un grignotage, mais un petit en-cas pris entre deux repas. Cette pause alimentaire structurée est généralement motivée par la faim. La collation, qui est normalement plus légère que les autres repas, reste un moyen idéal de compléter nos besoins alimentaires de la journée avec des aliments qu’on n’a pas ou peu mangés aux repas principaux de la journée.

Lire plus page 25, Journal ALD 3/2019

L’ALD en 1979 et 40 ans après

L’ALD (Association luxembourgeoise du diabète) fête ses 40 ans d’existence. Comme témoin et acteur dès le début, je voudrais revenir sur la création de cette association en 1979. En effet, on peut se demander pourquoi et comment cette association a été créée à ce moment-là. Est-ce qu’il y avait un besoin d’une telle association à Luxembourg?

Pour répondre, replongeons–nous un instant dans la situation de 1978-1979 en ce qui concerne le diabète.

Lire plus page 4, Journal 2/2019

Les médicaments du diabète sont-ils bons pour le cœur ?

Le patient diabétique est exposé à un risque cardiovasculaire plus grand qu’une personne sans diabète. Une étude a montré que le risque de décès par infarctus d’une personne diabétique sans antécédent cardiovasculaire est similaire à celui d’une personne non-diabétique qui a déjà fait un infarctus du myocarde.

La mortalité cardiovasculaire représente 80% des décès dans le diabète.

Le risque de faire un accident vasculaire cérébral est multiplié par 2-4 x, celui d’un accident cardiaque également. Presque la moitié des personnes diabétiques développent une atteinte rénale, qui elle-même est un facteur de risque cardio-vasculaire.

Lire plus page 6, Journal ALD 2/2019

Consultations diététiques à la Maison du Diabète

Il n’est plus à démontrer que l’alimentation joue un rôle important dans la prévention et le traitement de nombreuses maladies telles que l’obésité, les maladies cardio-vasculaires, le diabète, les maladies digestives et rénales, les allergies, certains cancers…

Les conseils alimentaires et les informations diététiques ont toujours constitué une partie importante des activités et services de la Maison du Diabète et de l’ALD.

Depuis janvier 2019, certaines prestations diététiques sont enfin prises en charge par la Caisse nationale de santé. Cette nouveauté a entrainé quelques changements au niveau de la prise en charge des personnes diabétiques venant consulter à la Maison du Diabète, et nous voulons vous les présenter ici.

Lire plus page 17, Journal ALD 2/2019

Problème de thyroïde : suis-je concerné ?

Les maladies de la thyroïde sont très fréquentes aux Luxembourg et dans les pays voisins. Souvent elles passent inaperçues, car les symptômes ne s’installent qu’insidieusement. Elles sont également fréquentes chez les personnes diabétiques, notamment de type 1.

Lire plus page 5, Journal ALD 1/2019

Soyez bien préparé pour l’hospitalisation !

La grande majorité des hospitalisations de patients diabétiques ne sont pas directement liées à leur diabète, elles ont souvent une autre origine.

Pour la plupart des gens, une hospitalisation est une situation difficile, qui peut être stressante, voire même amener un sentiment d’angoisse. Pour les personnes vivant avec un diabète, cette situation d’exception risque de perturber en plus leur équilibre glycémique.

Lire plus page 12, Journal ALD 1/2019

Le microbiote, les probiotiqes et les prébiotiques sous la loupe ! 

Autrefois, on connaissait les intestins comme un organe utile à la digestion et à l’évacuation des selles. Aujourd’hui, cela va beaucoup plus loin et les études s’attardent chaque fois plus sur la connaissance des intestins et surtout sur celle de notre microbiote intestinal (dans le temps appelé flore intestinale). Le microbiote est l’ensemble des microorganismes (bactéries, virus, parasites, champignons non pathogènes) qui vivent dans un environnement spécifique, notamment au niveau de l’intestin. Nous avons plus de 100 000 milliards de microorganismes vivants dans notre colon, ce qui représente 2 kg !

Lire plus page 18, Journal ALD 1/2019

Vivre avec le diabète dans la famille

Le slogan que la Fédération Internationale du Diabète a choisi cette année pour la Journée Mondiale du Diabète est « Le diabète concerne chaque famille ». L’objectif principal de la campagne est de sensibiliser à l’impact du diabète sur la famille et de promouvoir le rôle de la famille dans la gestion, le soin, la prévention et l’éducation de la maladie. Lorsqu’un diabète est diagnostiqué, ce n’est pas seulement la vie de la personne concernée qui est bouleversée, c’est le mode de vie de toute la famille qui va changer. Il existe peu de données sur la façon dont chaque membre de la famille fait face au diabète de son partenaire ou de son enfant.

Dans cet article, nous voulons essayer de jeter un coup d’œil dans les pensées et sentiments de chacun.

Lire plus page 5, Journal ALD 4/2018

Les graisses brunes contre les graisses blanches

Il ne s’agit pas de recettes de cuisines ou de sauces, mais des 2 types de cellules qui composent nos tissus adipeux. Ces tissus sont constitués de cellules adipeuses ou dipocytes, qui peuvent être blanches ou brunes. Si les premières, plus nombreuses, tendent à perturber notre métabolisme en s’accumulant, les secondes nous aident à brûler les calories plus vite pour produire de la chaleur. Activer ces graisses brunes permet ainsi de réduire le risque d’obésité et de diabète tout en maîtrisant notre prise de poids.

Lire plus page 12, Journal ALD 4/2018

Connaissez-vous la grande famille des oléagineux ?

Noix, noisettes, amandes, pistaches, … la famille des fruits oléagineux est si grande qu’il serait dommage de passer à côté. Riche en acides gras oméga 3, 6 et 9 ainsi qu’en fibres et vitamines, ce sont de vraies pépites nutritionnelles. Découvrez dans cet article leurs bienfaits et comment les incorporer dans vos plats d’automne.

Lire plus page 20, Journal ALD 4/2018

Enquête de satisfaction auprès des lecteurs du journal de l’ALD

Afin de toujours mieux répondre aux souhaits de ses membres, l’ALD a interrogé début d’été les lecteurs de la revue de l’association dans le but de connaître les attentes et le degré de satisfaction de chacun. Nous vous remercions pour le temps que vous avez consacré à donner votre avis et faire des suggestions que nous prendrons en considération dans la mesure du possible. Une analyse des réponses de 107 questionnaires a été réalisée sur 1406 formulaires envoyés, soit un taux de participation de 7,6%.

Lire plus page 30, Journal ALD 4/2018

Foie gras et diabète

Rassurez-vous, dans cet article nous n’allons pas engraisser les petits canards ou les oies, mais parler de notre propre foie gras. Oui, aussi étonnant que ce soit, dans nos régions 1 personne sur 5 présente un «foie gras», c’est à dire une stéatose hépatique non alcoolique (NAFLD : non alcoolic fatty liver disease).

Lire plus page 5, Journal ALD 3/2018

Diabète et soins des pieds

Comment éviter les blessures Pour les personnes diabétiques, la prévention des complications est le but primordial pour vieillir en bonne santé. Qu’elles soient aiguës ou chroniques, l’objectif est d’acquérir les connaissances permettant d’éviter au mieux ces complications, d’où l’importance de l’éducation thérapeutique pour apprendre à bien gérer une maladie chronique. Cependant, une de ces complications est parfois « oubliée » ou sous-estimée malgré qu’elle mérite une attention toute particulière: le pied diabétique

Lire plus page 10, Journal ALD 3/2018

L’eau : l’élixir de vie

C’est bien connu, les goûts et les couleurs ne se discutent pas, et c’est pourquoi nous n’aborderons ici que les aspects sanitaires de l’eau. Au Moyen Âge, on buvait de la bière ou du vin parce qu’à cette époque, l’eau était contaminée et on risquait de tomber malade. Et notre eau aujourd’hui ?

Elixir de vie ou de maladie ?

Lire plus page 19, Journal ALD 3/2018

L’acrylamide, une substance dangereuse dans nos aliments

L’acrylamide est un composé organique qui se forme naturellement dans les aliments riches en hydrates de carbone (amidons, sucres) et avec une faible teneur en eau, lorsqu’ils sont cuits à haute température (généralement supérieure à 120°C). Lors de ce processus, les glucides (glucose et fructose) se combinent avec des composants protéiques (principalement l’asparagine).

L’acrylamide est un sous-produit de la réaction de brunissement, appelée réaction de Maillard, qui a lieu pendant les processus de torréfaction, de cuisson au four, de rôtissage, de friture ou de grillage et qui donne la couleur foncée typique, l’arôme et le goût caractéristiques. La formation de l’acrylamide dépend de la température, du temps de chauffage et des conditions de stockage des aliments. Plus les aliments sont chauffés et dorés, plus les quantités d’acrylamide sont élevées. L’acrylamide peut se former aussi bien dans la production industrielle ou artisanale que dans la préparation domestique des aliments.

Lire plus page 20, Journal ALD 3/2018

Hypoglycémie nocturne: Des cauchemars, des fringales ou des pyjamas trempés de sueur.

Parfois la nuit, vous êtes réveillé par un cauchemar ou une faim de loup. Votre coeur s‘emballe, la chemise de nuit est trempée et vous êtes très excité. Si ces sentiments ne disparaissent pas après quelques minutes, ils peuvent être signes d’une hypoglycémie nocturne. Dans ce cas, il est judicieux de mesurer la glycémie ! Si l‘hypoglycémie est confirmée, il est conseillé de prendre des
glucides à action rapide (100 ml de jus ou 2-4 comprimés de dextrose).

Lire plus page 7, Journal ALD 2/2018

Etude TRIGR

Nutrition infantile et développement du diabète de type 1

L’étude TRIGR est une étude d’intervention randomisée d’envergure internationale.
Elle réfute l’hypothèse selon laquelle la consommation de lait de vache dans la petite enfance augmenterait l’incidence
du diabète de type I.

Lire plus page 13, Journal ALD 2/2018

Sel classique ou sel exotique ?

Les produits artisanaux sont de plus en plus appréciés par les consommateurs qui sont à la recherche d’authenticité dans leur assiette. Cette tendance s’observe aussi dans le rayon du sel, qui offre maintenant une large gamme de produits. Fleur de sel de Guérande, sel rose d’Himalaya, sel salish, sel noir d’Hawaï et bien d’autres sels exotiques. Quelles différences existent-ils entre ces produits? Sont-ils meilleurs pour la santé que le sel de table classique?

Lire plus page 20, Journal ALD 2/2018

Insuline : l’hormone du diabète.

De nombreuses personnes diabétiques utilisent de l’insuline pour se traiter. L’insuline est une hormone importante pour notre organisme et pour régulariser le métabolisme du glucose. Chez la personne diabétique, ce métabolisme est déréglé et la production d’insuline est perturbée et, selon le cas, il faudra avoir recours à un traitement à l’insuline pour stabiliser la glycémie.

Lire plus page 5, Journal ALD 1/2018

Conseils et astuces pour bien injecter l’insuline

Une bonne technique d’injection est un des éléments déterminants pour un bon équilibre glycémique. Les erreurs d’injections peuvent mener à une malabsorption de la dose d’insuline administrée.

Lire plus page 12, Journal ALD 1/2018

FODMAP: nouvelle tendance ou arme miraculeuse contre le syndrome du côlon irritable ?

Environ 1 adulte sur 7 souffre d’un côlon irritable. Mondialement, 15% sont atteints, plus de femmes que d’hommes et également beaucoup de personnes diabétiques.

Les personnes touchées osent à peine manger à l’extérieur, la crainte des troubles digestifs est trop grande. Les symptômes digestifs apparaissent généralement entre 15 minutes et 3 heures après avoir mangé. Les plaintes typiques sont: flatulence, malaise, constipation, diarrhée, alternativement diarrhée et constipation, troubles de l’humeur, difficulté à se concentrer. Auparavant rejeté comme une maladie psychosomatique, le syndrome du côlon irritable est maintenant reconnu comme une maladie. Bien que ce soit une affection bénigne, la qualité de vie des patients est gravement atteinte. Souvent, leur régime alimentaire est très monotone et déséquilibré; par peur des symptômes, ils évitent strictement les familles d’aliments entières.

Lire plus page 19, Journal ALD 1/2018