ald-comprendre-diabetes

Mieux vivre avec votre diabète !

Pour mieux vivre avec le diabète, il faut agir. Découvrez des conseils concrets et des outils simples à mettre en place.

Devenez membre

Qu'est-ce que le diabète?

Le DIABETE SUCRE se manifeste lorsque le corps ne produit plus ou pas assez d'insuline, ou est incapable d'utiliser efficacement l'insuline qu'il produit. Sans insuline, le corps est incapable d'utiliser l'énergie dont il a besoin et qu'il puise dans les aliments.

L'INSULINE est une hormone fabriquée par une glande appelée le PANCREAS. La majorité des aliments que nous ingérons sont transformés en glucose, une forme de sucre qui alimente le corps en énergie. L'insuline aide le glucose d'origine alimentaire à pénétrer dans les cellules du corps pour fournir de l'énergie. En l'absence d'insuline, le glucose s'accumule dans le corps au lieu d'être absorbé par les cellules.

Qu'est-ce que le diabète

Il existe deux types principaux du diabète

Le diabète de type 1


Auparavant appelé diabète insulinodépendant (IDD), car cette forme du diabète nécessite de l'insuline pour assurer la survie. Le diabète de type 1 survient lorsque la production d'insuline est minime ou inexistante. La seule forme du traitement est l'insuline qui doit être administrée par injection.

Le type 1 se manifeste le plus souvent chez les enfants et les adolescents, mais peut aussi se rencontrer chez les sujets adultes.

Le diabète de type 1 représente 5 à 10 % de tous les diabètes.

Symptômes

Le plus souvent, le diabète de type 1 se manifeste de manière soudaine et brutale et peut présenter des symptômes tels que :

  • Fréquent besoin d'uriner
  • Sensation anormale de soif et bouche sèche
  • Extrême fatigue / manque d'énergie
  • Faim constante
  • Perte de poids soudaine
  • Vision trouble
  • Infections récurrentes

Le diabète de type 2


Précédemment appelé diabète non insulinodépendant (NIDD), parce que ce type de diabète ne nécessite pas directement d'insuline pour le contrôle métabolique. Le diabète de type 2 se déclare lorsque le corps est incapable de produire de l'insuline en quantité suffisante, ou ne peut utiliser l'insuline correctement (résistance à l'insuline). On peut y remédier avec une activité physique régulière, un régime alimentaire équilibré et une médication par voie orale. Le diabète de type 2 se manifeste surtout chez l'adulte, mais on remarque qu'il se répand de plus en plus parmi les jeunes.

Le diabète de type 2 est de loin le diabète le plus courant: 90 % de tous les diabètes.

Symptômes

Le diabète de type 2 se manifeste de manière progressive et est donc difficile à détecter. Toutefois, les symptômes du diabète de type 1 peuvent également affecter les personnes atteintes du diabète de type 2, de manière moins marquée. Certaines personnes atteintes du diabète de type 2 ne présentent pas de symptômes précoces et la maladie n' est diagnostiquée que plusieurs années après son commencement. Dans près de la moitié de ces cas, diverses complications diabétiques se manifestent déjà.

Regardez la vidéo pour comprendre ce que c'est le diabète : causes, symptômes, traitements, facteurs de risques, dépistage.

Qui est exposé aux risques du diabète ?

Les facteurs de risque pour le diabète de type 1 ne sont pas très bien définis ; on sait toutefois que des facteurs génétiques et environnementaux peuvent déclencher son apparition.

Bien que le diabète de type 2 se manifeste le plus souvent chez les adultes, il gagne rapidement du terrain dans la population adolescente de nombreuses régions du monde. C'est pourquoi n'importe qui, n'importe où, à n'importe quel âge, peut être touché par le diabète.

Certains facteurs multiplient les risques de développer un diabète de type 2 :

fatman-blue

L'obésité
(80% des diabétiques présentent une surcharge pondérale, surtout abdominale)

fatgirl-blue

Un tour de taille élevé

fourty

L'âge (plus de 40 ans)

noexercise-blue

Le manque d'exercice

guy

Les antécédents familiaux (cas de diabète dans la famille)

pregnant

Avoir accouché d'un gros bébé ou des antécédents de diabète de la grossesse

hand-drop

Une tolérance diminuée au glucose

Vous trouverez plus d'information sur les risques du diabète et leur prévention dans la brochure "Combattre l'obésité, prévenir le diabète, nous sommes tous concernés". La brochure peut également être commandée au 48 53 61 ou .

Je calcule ici mon risque de développer un diabète de type 2 dans les 10 prochaines années

Existe-t-il un remède ?

Le diabète est incurable, MAIS il existe des traitements efficaces. Une bonne gestion du diabète implique le maintien du glucose à des taux aussi proches que possible de la normale. Pour ce faire, on peut combiner les principes suivants :

  • Faire régulièrement de l'exercice
  • Manger sainement
  • Perte de poids
  • Tester régulièrement son taux de sucres dans le sang
  • Prendre des médicaments par voie orale ou des injections d'insuline si nécessaire

Quelles sont les complications liées au diabète?

Des taux de glucose élevés dans le sang sur une période longue endommagent les petits et les gros vaisseaux sanguins ainsi que les nerfs. En l'absence d'un traitement adéquat et d'une éducation appropriée, diverses complications peuvent apparaître :

  • Maladies cardiovasculaires ou du système circulatoire
  • Maladies oculaires (rétinopathie) avec risque de cécité
  • Maladies rénales pouvant mener à la dialyse
  • Atteintes des nerfs (neuropathies)
  • Ulcération des pieds avec risque d'amputation des membres inférieurs

 

Diabète de grossesse

Pregnant woman

Un autre type du diabète, appelé diabète de grossesse, peut se déclarer chez des femmes qui ne sont pas encore diabétiques. Cette maladie affecte 2 à 5 % de toutes les grossesses, mais disparaît généralement à l'accouchement. Toutefois, les femmes qui souffrent du diabète de grossesse courent davantage le risque de développer plus tard un diabète de type 2.

Informez-vous: Le guide du diabète

L'ALD a le plaisir de vous présenter la brochure «Le guide du diabète» qui est disponible en 3 langues. Cette brochure a été rédigée par les membres du groupe INFEDIAB (INFirmi(è)res pour l’EDucation du DIABète).

La diététique, les objectifs

poidsideal

Atteindre et maintenir son poids idéal

complicationsdiabete

Eviter les complications tardives du diabète

elevationsglycemie

Eviter les élévations importantes de la glycémie

plaisirmanger

Permettre au diabétique de garder le plaisir de manger!

L’alimentation du diabétique est une alimentation normale, bien équilibrée et fractionnée en 3 repas, plus éventuellement 1 ou 2 collations. Une personne diabétique doit manger en quantité et en qualité ce que devrait manger un sujet non diabétique de même âge, même poids et même activité.

La règle d’or pour une alimentation équilibrée est de manger varié et d’éviter les excès. La perte de poids est le premier traitement pour le diabète de type 2. Afin de perdre du poids, il est important d’éviter des régimes stricts, il vaut mieux demander l’avis d’une diététicienne pour un soutien dans le bon choix de l’alimentation.

Conseils pour aider à contrôler la glycémie et le poids

  • Prendre 3 repas équilibrés par jour et éviter de sauter un repas
  • Opter pour des aliments riches en fibres : pains à grains entiers, céréales riches en fibres, légumineuses, riz brun, pâtes de blé entier, fruits, légumes, noix et graines
  • En cas de substituts du sucre (ex. : aspartame, cyclamates, saccharine, sucralose, stévia, polyols…) ou des produits alimentaires qui en contiennent, le faire avec modération
  • Eviter les produits sucrés avec du fructose > perturbation du bilan lipidique

Composition d’une assiette équilibrée

recette

Assiette équilibrée

  • Légumes crus ou cuits à volonté (min. ½ de l’assiette)
  • Denrée protéinée : Viande – Poisson – Œuf - Protéines végétales (¼  du repas)
  • Féculents: pain, pommes de terre, pâtes, riz, semoule ou légumes secs (¼ du repas)
  • Eventuellement un dessert : un fruit ou un dessert édulcoré.

Boisson

1,5-2 litres d’eau par jour

  • L’eau est dépourvue de calories et peut être consommée sous forme pure ou en café, thé, tisane, bouillon, potage, jus de tomate, boissons aromatisées sans sucre,…
  • Certaines boissons “light” peuvent être également consommées, elles contiennent des édulcorants et n’apportent pas, ou peu, de calories
  • Les boissons sucrées, jus de fruits, sodas, sirop, sont en revanche “quasi” interdites, car elles sont très concentrées en sucre (principalement sous forme de glucose) et très hyperglycémiantes.

Légumes

à volonté et à chaque repas principal

  • Source de fibres, vitamines et minéraux
  • A consommer crus ou cuits
  • Pauvre en matières grasses
  • Permettent le rassasiement et ralentissent la digestion.

Fruits frais

deux à trois par jour

  • Source de glucides (sucres simples)
  • Riche en vitamines, minéraux et fibres
  • Manger des fruits entiers et éviter les jus

Féculents et pain

à chaque repas (1/4 de l’assiette)

  • Source d’amidon (sucres complexes).
  • Pâtes, riz, lentilles, pommes de terre, pain, etc. Apportent de l’énergie et calment la faim.

Viande, poisson, œufs ou protéines végétales :

une à deux fois par jour (1/4 de l’assiette)

  • Source de glucides (sucres simples)
  • Riche en vitamines, minéraux et fibres
  • Manger des fruits entiers et éviter les jus

Laitages

deux à trois par jour

  • Source de protéines et de calcium.
  • Opter pour des produits allégés en matière grasse, comme le lait demi-écrémé, les yaourts  et desserts lactés maigres et les fromages blancs à 20 % de matière grasse.

Huile et graisses

une cuillère à soupe maximum par repas

  • Préférer les matières grasses d’origine végétale (margarines et huiles).

Les extras

(aliments plaisir)

  • Limiter la consommation d'aliments peu nutritifs et sucrés : biscuits, bonbons, chocolat, céréales sucrées, confitures, gâteaux, pâtisseries, miel, sirops, sucre,…
  • Desserts et douceurs à déguster en petite quantité, préférer les desserts à base de fromage blanc
  • Les boissons alcoolisées peuvent être consommées en petite quantité, Attention, l’alcool apporte beaucoup de calories : 1 g = 7 Kcalories

Les collations

Les collations ne sont pas toujours nécessaires.

En cas de faim entre les repas ou si la médication pour le diabète le requiert, choisir des collations peu caloriques et peu hyperglycémiantes.

Exemples de collations :

Peu hyperglycémiantes

  • 1 fruit
  • 50 g chocolat noir
  • 1 portion de riz au lait
  • 1 yaourt

Moyennement hyperglycémiantes

  • 1 banane
  • 4 biscuits secs
  • 2-3 biscuits secs + 1 verre de lait ½ écrémé
  • 1 tartine (pain blanc 40g) au fromage maigre
  • 1 brioche

Très hyperglycémiante

  • 1 bol de cornflakes lait 1/2 écrémé
  • Barre aux céréales
  • 30g fruits secs

Les crudités peuvent être consommées à tout moment de la journée !

Conseils pour la santé du cœur

  • Limiter la consommation d’aliments riches en graisses, surtout en graisses saturées: lard, bacon, saindoux, charcuteries, fritures, fromages contenant plus de 40% de matières grasses, margarine hydrogénée, chocolat, biscuits, crème glacée, gâteaux, muffins, pâtisseries vendus dans le commerce,…
  • Préférer les graisses insaturées: poissons gras, noix et graines, olives, huiles végétales (colza, olive, soja,…)
  • Limiter la consommation d'aliments très salés : charcuteries, apéritifs salés, mets prêts-à-servir ou repas surgelés, marinades, sauces, soupes et vinaigrettes vendues dans le commerce, sel, etc.

La glycémie

Le taux de sucre (glucose) dans le sang est aussi appelé glycémie.
La concentration est mesurée en milligrammes de glucose par décilitre de sang (mg/dl) ou, plus rarement au Luxembourg, en millimoles de glucose par litre de sang (mmol/l).

La glycémie est un indicateur essentiel dans le diagnostic et le suivi du diabète.

L’importance du contrôle de glycémie

La mesure de la glycémie fait partie des tests d’autosurveillance chez la personne diabétique. Elle permet de surveiller le diabète et de réagir en conséquence.

Il existe de nombreux modèles différents de lecteurs de glycémie (glucomètres). Grâce au développement des technologies, ces appareils sont devenus de plus en plus précis et fiables.

L’auto-mesure de la glycémie permet aux patients diabétiques de contrôler leur maladie et d'adapter leur alimentation, l'activité physique et le traitement.

Le nombre quotidien de mesures de glycémie varie généralement entre 3 et 6 fois par jour. Demandez à votre médecin ou équipe de diabétologie à quel moment et à quelle fréquence mesurer votre taux de sucre.

Taux de glycémie

Les taux de glycémie à jeun dans une analyse de sang :

Glycémie normale

 70-100 mg/dl

Hyperglycémie modérée (prédiabète)

100-126 mg/dl

Diabète

> 126 mg/dl

Valeurs de glycémie recommandées chez la personne diabétique :

À jeun

70-120 mg/dl

2 heures postprandial (après le repas)

70-160 mg/dl

Ces valeurs cibles peuvent varier en fonction de différentes situations. Parlez avec votre médecin pour fixer les objectifs glycémiques qui correspondent à votre profil, afin de garantir un bon équilibre métabolique.

Si la glycémie est trop élevée, on parle d’hyperglycémie. Si elle est trop basse, on parle d'hypoglycémie.

Le prélèvement de la glycémie capillaire

La mesure de la glycémie capillaire consiste à se piquer le bout du doigt avec une lancette pour recueillir une goutte de sang, qui sera ensuite déposée sur une bandelette préalablement insérée dans un lecteur de glycémie. La lecture est instantanée.

Les bons gestes

washhand

01.

Lavez vos mains au savon et rincez-les bien.
Attention : Evitez les solutions à base d’alcool, elles sont source de faux résultats.
N'utilisez pas de gel désinfectant pour mains juste avant la mesure de glycémie!

dryhand

02.

Essuyez-les soigneusement.

lancette-autopiqueur

03.

Insérez une lancette dans l’auto-piqueur.

pipette

04.

Vérifiez le réglage de la profondeur de la piqûre.

apparel-languette

05.

Insérez une bandelette dans l’appareil.

choose-piqure-hand

06.

Choisissez l’endroit de piqûre et pensez à changer régulièrement de doigt.Utilisez le majeur, l’annulaire ou l’auriculaire des deux mains, évitez le pouce et l'index.

piqure-hand

07.

Piquez latéralement. Évitez la pulpe du doigt.

get-blood

08.

Faites aspirer la goutte de sang par la tigette. Appuyez avec une compresse sur l'endroit de la piqûre.

results

09.

Attendez et notez le résultat.

trash-piqure

10.

Éliminez les déchets dans un conteneur jaune de la SuperDrecksKëscht.

Les alternatives à la mesure de la glycémie capillaire

Depuis quelques années, il existe des lecteurs de glycémie avec capteurs, où il ne faut plus se piquer les doigts!

Ces capteurs doivent être remplacés à intervalles réguliers.

La mesure du glucose se fait dans le liquide interstitiel (liquide entre les cellules et les capillaires sanguins). Le taux mesuré par le capteur est transmis à un récepteur (smartphone, lecteur de glycémie, pompe à insuline,...) qui conserve toutes les données. La glycémie peut ainsi être consultée à tout moment.

Il existe 2 systèmes de mesure en continue du glucose

apparel
  • Le FGM  (Flash glucose monitoring) :  FreeStyle Libre de la firme ABBOTT
  • Le CGM  (continuous glucose monitoring) :
    • DEXCOM G6
    • MEDTRONIC Guardian/Enlite

Certains lecteurs sont équipés d’un système d’alarme pour signaler les hypos- et hyperglycémies.

Il faut noter que le glucose mesuré en sous cutané (dans le liquide interstitiel) peut être différent du taux de glycémie sanguin.

A l’heure actuelle, ces systèmes sont réservés aux personnes sous traitement à l'insuline et s’injectant plusieurs fois par jour

Pour plus d’informations, veuillez demander à votre professionnel de santé.

La télésurveillance de la glycémie

Les médecins qui prennent en charge des personnes diabétiques peuvent demander aux patients de leur envoyer les données collectées par le capteur.

Les données des glycémies obtenues grâce à l’autosurveillance sont soit directement envoyées à l’équipe soignante via une plateforme en ligne sécurisée, soit à la demande.

L'équilibre glycémique peut ainsi être surveillé par les médecins en charge du patient.

Qu'entend-on par hypoglycémie?

On parle d’hypoglycémie lorsque la glycémie est inférieure à 60 mg/dl (3,3 mmol/L).

Les signes d’alerte d’une hypoglycémie sont nombreux, les différents symptômes sont ressentis de manière individuelle et peuvent être différents d’une fois à l’autre.

  • Tremblements
  • Transpiration
  • Pâleur
  • Palpitations
  • Faim
  • Fourmillements dans les jambes, picotements des lèvres ou de la langue
  • Changement de caractère
  • Maux de tête
  • Fatigue
  • Difficultés de concentration
  • Vue trouble
  • Vertiges
  • Confusion
  • Troubles du comportement

Les causes pour une hypoglycémie peuvent être :

  • Un apport de glucides insuffisant
  • Un effort physique inhabituel
  • Une erreur dans le traitement (trop de médicaments, trop d’insuline)
  • La consommation d’alcool
  • Des vomissements (gastroentérite, …)

Questions fréquentes sur les hypoglycémies

Les hypoglycémies peuvent être dangereuses,  si elles coïncident avec une activité potentiellement dangereuse pour soi-même ou pour autrui (conduite d’un véhicule, utilisation de machines dangereuses, natation, escalade...).

Mais le corps dispose de mécanismes de protection contre-régulatoires  efficaces et, comme l’activité de l’insuline injectée diminue au cours du temps, la glycémie s’élève généralement d’elle-même  sans apport externe. Cependant, si ces mécanismes de protection sont mis hors service par l’abus d’alcool ou de drogues, un danger ne peut être exclu, de même qu’en cas d’épilepsie, de problème cardiovasculaire ou de rétinopathie grave.

En général, la grande majorité des hypoglycémies n'ont pas de conséquences néfastes et il n’y a aucune raison d’en avoir une peur exagérée ou de changer totalement son mode de vie pour les éviter de manière absolue.

Les manque de glucose influence momentanément la capacité intellectuelle tel que la concentration, les capacités de coordination et la mémoire mais aucune influence rémanente n’est à craindre en ce qui concerne les hypoglycémies normales.

Comme les hypoglycémies nocturnes restent souvent inaperçues ou ne peuvent seulement être constatées qu’indirectement (glycémie matinale élevée, draps de lit trempés…..), il s’agit de faire des glycémies durant la nuit pour pouvoir mettre en évidence les hypoglycémies éventuelles. Des appareils de mesure en continu de la glycémie  sont utiles et ont même montré qu’une proportion importante de diabétiques présentent des hypoglycémies nocturnes inaperçues.

Pendant les hypoglycémies l’humeur change le plus souvent vers le côté négatif (agressivité, dépression, manque d’entrain).  Probablement c’est la région  du cerveau responsable pour les sentiments, qui est le plus influencée par le manque de glucose. Souvent les personnes en hypoglycémie sentent qu’elles n’ont plus d’influence sur leurs sentiments. Les hormones sécrétées pendant les crises d’hypoglycémie peuvent également être à l’origine des émotions négatives.

En cas d’hypoglycémie, c’est la perte du contrôle sur soi-même qui déclenche le sentiment d’angoisse contre lequel la personne diabétique tend à se défendre. Le comportement  du diabétique n’est plus dirigé vers le bon but. Un apport de glucose opéré de façon ferme et déterminée, sans discussion préalable sur l’éventualité d’une hypoglycémie, arrange souvent les choses.

Bien qu’étant désagréables, les signes des hypoglycémies servent à avertir la personne diabétique. Si les signes ne sont plus perçus correctement, il s’agit d’éviter avec conséquence les hypoglycémies pendant un certain temps, ce afin d’élever à nouveau le niveau d’alarme. Il peut être également utile de mesurer la glycémie de façon plus assidue ou de demander conseil auprès des personnes sentant mieux leurs symptômes.

IMPORTANT : 
Toujours avoir du sucre sur soi !

Sugar

On dit habituellement «15 grammes et 15 minutes», ce qui signifie qu'il faut prendre au moins 15 grammes de sucre, que les symptômes disparaissent habituellement en 15 minutes, et qu'il faut reprendre 15 grammes de sucre si les symptômes n'ont pas complètement disparu 15 minutes après la première prise de sucre.

On peut prendre plus que 15 grammes, mais cela ne fera pas disparaître les symptômes plus rapidement et il y a le risque d'une hyperglycémie plus tard. Par contre, attendre plus longtemps que 15 minutes pour reprendre du sucre alors que les symptômes n'ont pas complètement disparu, serait une erreur.

Hypoglycémie – que manger ?

Pour bien corriger une hypoglycémie, il est important que l’aliment utilisé libère rapidement son sucre, de préférence dans la bouche. Des bonbons lents à sucer ou du chocolat qui contient des graisses, ce qui ralentit le passage du sucre dans le sang, sont moins efficaces.

Combien de sucre manger ?

10 ou 15 g de sucre, c'est-à-dire :

  • 2 ou 3 morceaux de sucre ou mieux encore 2 ou 3 plaquettes de glucose Dextro (=5-6 bonbons de dextrose ou 8-10 « Mini » dextro).
  • 20 ml (2-3 c.à s.) de sirop de grenadine, d'orange, de framboise, de cassis... ce que vous aimez, complété avec de l'eau. C'est encore mieux parce que le sucre est liquide (il agira plus rapidement, et la salive manque parfois lorsqu'on est en hypoglycémie). Ces sirops contiennent habituellement 800 grammes de sucre par litre
  • 150 ml de jus de fruits (raisins) ou de limonade
  • des bonbons faciles à croquer ou à macher (3-4 Fruitellas, 10 oursons, 3-4 pâtes de fruits, 4-5 Mentos…)
  • 2 c.à s. de confiture ou de miel

Le périodique de l'ALD

Le priodique de l'ALD paraît 4 fois par an et est envoyé à tous les membres.

Les articles sont rédigés en français et en allemand, mais vous y trouverez également des rubriques en luxembourgeois et en portugais.

Adhérer à notre association c'est aussi

soutenir nos actions.

Votre générosité et votre soutien sont essentiels à l’accomplissement de nos missions. L'adhésion représente un acte simple et sincère de solidarité.

Je deviens membre de l’ALD