Retour à la médiathèque

Journal ALD 3/2018

Foie gras et diabète

Rassurez-vous, dans cet article nous n’allons pas engraisser les petits canards ou les oies, mais parler de notre propre foie gras. Oui, aussi étonnant que ce soit, dans nos régions 1 personne sur 5 présente un «foie gras», c’est à dire une stéatose hépatique non alcoolique (NAFLD : non alcoolic fatty liver disease).

Lire plus page 5, Journal ALD 3/2018

Diabète et soins des pieds

Comment éviter les blessures Pour les personnes diabétiques, la prévention des complications est le but primordial pour vieillir en bonne santé. Qu’elles soient aiguës ou chroniques, l’objectif est d’acquérir les connaissances permettant d’éviter au mieux ces complications, d’où l’importance de l’éducation thérapeutique pour apprendre à bien gérer une maladie chronique. Cependant, une de ces complications est parfois « oubliée » ou sous-estimée malgré qu’elle mérite une attention toute particulière: le pied diabétique

Lire plus page 10, Journal ALD 3/2018

L’eau : l’élixir de vie

C’est bien connu, les goûts et les couleurs ne se discutent pas, et c’est pourquoi nous n’aborderons ici que les aspects sanitaires de l’eau. Au Moyen Âge, on buvait de la bière ou du vin parce qu’à cette époque, l’eau était contaminée et on risquait de tomber malade. Et notre eau aujourd’hui ?

Elixir de vie ou de maladie ?

Lire plus page 10, Journal ALD 3/2018

L’acrylamide, une substance dangereuse dans nos aliments

L’acrylamide est un composé organique qui se forme naturellement dans les aliments riches en hydrates de carbone (amidons, sucres) et avec une faible teneur en eau, lorsqu’ils sont cuits à haute température (généralement supérieure à 120°C). Lors de ce processus, les glucides (glucose et fructose) se combinent avec des composants protéiques (principalement l’asparagine).

L’acrylamide est un sous-produit de la réaction de brunissement, appelée réaction de Maillard, qui a lieu pendant les processus de torréfaction, de cuisson au four, de rôtissage, de friture ou de grillage et qui donne la couleur foncée typique, l’arôme et le goût caractéristiques. La formation de l’acrylamide dépend de la température, du temps de chauffage et des conditions de stockage des aliments. Plus les aliments sont chauffés et dorés, plus les quantités d’acrylamide sont élevées. L’acrylamide peut se former aussi bien dans la production industrielle ou artisanale que dans la préparation domestique des aliments.

Lire plus page 20, Journal ALD 3/2018

Fichiers associés